Qui achète de l’art contemporain africain ?

La peinture africaine la plus chère vendue aux enchères revient à l’artiste Julie Mehretu avec son oeuvre  “Retopistics: A Renegade Excavation” vendue pour 4,6 millions de $ en 2013 chez Christie’s New York. Elle est ensuite suivie de l’artiste sud-africaine Irma Stern, qui a vu son tableau “Arab Priest” être acheté par un musée du Moyen-Orient pour d’une valeur de 3,1 millions £ en mars 2011.

S’il est évident que l’art contemporain africain est un nouvel eldorado pour le marché de l’art, qui sont les collectionneurs et les acheteurs ?

Julie Mehretu -Retopistics – 2001

Comment le marché de l’art africain est soudainement devenu un eldorado pour les habitants du continent :

En 2014, la valeur totale du marché international aux enchères pour l’art moderne africain était estimée à 20 millions £.

La croissance économique en Afrique a entraîné une augmentation du marché de l’art africain : des individus devenus de plus en plus riches peuvent se permettre d’acheter des oeuvres d’art africain. Des pays comme l’Afrique du Sud ou encore le Nigéria ont connu une forte croissance économique depuis ces dernières années, les acheteurs sont aujourd’hui en recherche d’authenticité et de valorisation de leur patrimoine. Les spéculateurs internationaux ont également suivi la tendance pour ce marché émergent. La même chose est arrivée pour l’art contemporain africain et indien dans les années 2000. Le focus est maintenant tourné vers l’Amérique latine et l’Afrique.

Aujourd’hui, de plus en plus d’artistes issus de la diaspora se révèlent au grand jour et chaque artiste apporte sa touche personnelle, en racontant une histoire et c’est ce que les gens aiment.

Irma Stern – Arab priest-1945

Les 3 nationalités des acheteurs d’art contemporain africain :

Tout d’abord, le marché est dominé par les Sud-Africains et ensuite par les Nigérians. La 3e est un peu plus loin derrière et c’est probablement le Maroc ou le Sénégal.

Bien évidemment, il existe des collectionneurs dans d’autres pays africains, l’un des plus connus est Sindika Dokolo. Originaire de la République Démocratique du Congo et gendre du président angolais José Eduardo Dos Santos, il détient l’une des plus importantes collections d’art contemporain africain (environ 3 000 oeuvres).

La Côte d’Ivoire, le Ghana, le Cameroun, l’Angola, Le Kenya, le Mozambique et la Namibie sont aussi des pays impliqués dans la création artistique.

Les nationalités non africaines qui achètent de l’art contemporain africain :

Les collectionneurs non africains sont pour la plupart anglais, suisses, français comme Jean-Paul Blachère avec la Fondation Blachère, Jean Pigozzi qui est un collectionneur, entrepreneur, photographe et philanthrope italien. Il expose actuellement une partie de sa collection à la Fondation Louis Vuitton.

Chéri Samba – Little Kadogo – I am for peace, that is why I like weapons – 2004 -collection Jean Pigozzi – Courtesy : fondation Louis Vuitton

Ces acheteurs d’art africain sont un mix entre privé et institutionnel avec un focus sur l’art contemporain africain

L’objectif de ces collectionneurs, un coup de coeur ou bien un investissement ?

Beaucoup achètent leurs oeuvres d’art africain par coup de coeur. Pour soutenir un artiste, faire rayonner leur culture ou bien donner du sens à leur décoration.

D’autres préfèrent investir, ils vont donc s’intéresser à la valeur de l’oeuvre pour ensuite tirer profit lors d’une vente.

Le marché européen où l’on peut trouver les pièces d’art les plus désirées :

Londres est sans doute le marché où l’Afrique est le plus mise en avant à travers les créations artistiques d’artistes africains. Depuis 2013 se tient la foire 1:54, dédiée aux artistes africains, créée par la marocaine Touria El Glaoui permettant d’accroître la visibilité de ces artistes à travers le monde. Fort du succès engendré par cette foire en Europe, une édition à New York est maintenant proposée depuis 2014.

Paris commence à se positionner, notamment avec la foire d’art contemporain AKAA, qui se tient à Paris depuis l’année dernière. 15 000 visiteurs ont découvert les 35 exposants et les 40 artistes de toute l’Afrique.

Foire 1:54 – Londres

 

Sources :
https://www.africanexponent.com/post/who-are-the-leading-african-art-buyers-142
http://www.lemonde.fr/afrique/article/2016/03/22/le-plus-grand-collectionneur-africain-fait-plier-des-marchands-d-art-parisiens_4888187_3212.html

LAISSER UN COMMENATIRE

X